Laisser l’artiste en nous, nous guider

Bouger plus, manger mieux, dormir plus et mieux, prendre soin de ses amours, cultiver ses relations, se fixer des objectifs professionnels, poursuivre sa formation, lire, regarder des films, faire du yoga et de la méditation, aller régulièrement se faire masser, se faire aligner chez l’ostéopathe, épurer sa maison, faire le ménage dans sa vie. Notre coffre à outils est bien garni quand vient le temps de prendre soin de soi. Mais malgré tout ça, je rencontre régulièrement des gens qui mènent une superbe carrière de front tout en jonglant avec les obligations familiales, qui s’entraînent, sortent pour voir du monde régulièrement et qui arrivent devant moi en laissant tomber en un soupir un « Il manque quelque chose. Il y a un vide que je n’arrive pas à identifier! Pourtant, je ne peux pas me plaindre; j’ai une belle vie! ». Et si cet élément manquant était la créativité?

Créer avec ses mains. Réparer des objets au lieu de les remplacer. Couper les branches d’un arbre. Cuisiner au lieu d’acheter des repas déjà préparés. Écrire à la main pour exprimer ce que l’on vit. Prendre dans ses mains un pinceau, le tremper dans l’eau puis frotter une pastille de gouache et voir ensuite la couleur s’étendre doucement sur la page blanche. Jouer de la musique. Chanter à tue-tête. Danser au milieu du salon ou en pleine rue. Enfiler des perles. Coudre pour réparer un vêtement. Coudre pour créer quelque chose de nouveau. Faire de la place pour la créativité dans sa vie.

Ces actes tout simples sont bien loin d’être anodins: ils donnent un sens à notre vie! Utiliser ses mains, son corps, pour créer (même si c’est de réparer un barreau de chaise), permet à l’être humain de s’ancrer dans sa vie, de se reconnecter à son essence. Créer, allume nos sens, nous permettant ainsi de revenir pleinement dans l’instant présent, dans ce que le chercheur Mihaly Csikszentmihalyi appelle le Flow. Nous perdons ainsi la notion du temps et une grande paix intérieure en découle.

Lorsque la créativité est utilisée dans un processus d’introspection, c’est le processus qui est important. Au-delà du résultat final. Bien entendu, il est agréable de créer quelque chose de visuellement attrayant mais là n’est pas le but visé. En s’offrant un moment pour utiliser du matériel d’artiste (et j’inclus ici le matériel qu’utilisent nos mini-muses à l’école!) pour marquer sur papier ce que nous vivons en ce moment, pour laisser couler nos aspirations, pour exprimer des sentiments, nous permettons à notre partie intuitive de s’exprimer. Cette partie de nous, j’aime l’appeler l’artiste en soi. Cet artiste détient bien souvent le morceau de casse-tête qui nous manquait pour compléter un tableau. Parfois, il nous offre un tableau complètement différent, nous menant ainsi hors de l’impasse.

Accueillir avec respect et bienveillance ce qui émerge de nous, nous fait grandir. Observer ce qui a été créé nous permet de mettre en pratique le non-jugement d’abord et avant envers soi et ensuite envers les autres dans notre quotidien.

Laisser l’artiste en soi nous guider nous permet d’enrichir notre vie en tissant un lien solide avec cette partie de nous qui nous fait sentir complet.

C’est ce que j’appelle Revenir vers soi.

Je vous lance donc une invitation à vous joindre à moi cet automne dans un atelier en ligne où la créativité et le mindfulness (la pleine conscience) se marient pour déposer dans votre coffre à outils de nouvelles options pour prendre soin de vous.

http://m-comme-muses.teachable.com/p/revenir-vers-soi/