Tout a commencé par un mot.

Un mot-phare.


J'ai hésité avant de partager ce que je m'apprête à vous écrire. Et puis j'ai pris une pause des réseaux sociaux en septembre et le pourquoi de ce partage est devenu clair. Tout est devenu cohérent et j’ai compris que cela avait le potentiel de vous être aussi utile, alors je plonge.

Remontons d'abord un peu le temps jusqu'en janvier dernier. Janvier 2018.

Comme à chaque début d'année, je prends le temps de créer de l'espace pour qu'un nouveau mot-phare puisse se pointer le bout du nez intérieurement (avez-vous le vôtre?) pour m'inspirer et m'inciter à créer le meilleur de moi.

Mon livre venait à peine d'être publié, mon agenda pour l'année était déjà bien rempli et voilà que ce mot ne cessait de remonter à la surface afin que je le choisisse comme phare pour 2018.

Expansion.

"Expansion? Naaaanh. J'pense pas, non. J'ai pas envie d'en rajouter et je ne veux surtout pas tomber dans le cercle vicieux du "toujours plus, plus plus!". J'ai plutôt envie de connecter avec les gens, de partir sur la route à leur rencontre. J'ai aussi envie de célébrer ce que j'ai accompli, pas de prendre de l'expansion! Un autre mot-phare svp!"

Et pourtant. Ce mot ne voulait pas partir et ne cédait sa place à aucun autre.

" *Soupir*. Ok, tu veux rester, han? Même si tu ne me plais pas de prime abord, je m'engage envers moi-même à te suivre car je sais que tu émerges d'ailleurs que de ma tête, de mon rationnel (parce que sinon, je ne t'aurais jamais choisi, tiens!); je te sens et te ressens dans mes entrailles sans toutefois te comprendre. Alors allons-y. Expansion..."

Vous le devinez, je n'étais pas excitée à l'idée de porter ce mot cette année mais quelque chose en moi me murmurait d'avoir le courage de le faire et surtout, surtout, d’avoir l'ouverture pour vraiment en saisir le sens véritable.

Faire et voir autrement

Un des effets bénéfiques lorsqu’on utilise la créativité pour bien se connaître est d'ouvrir notre champ de vision, afin de voir ce qu'on appelle la réalité sous un angle différent, pour nous inciter ensuite à faire autrement.

Parce qu'il n'y a pas d'autre option possible: pour créer des résultats différents, on doit faire les choses différemment. Pour grandir et sortir de notre territoire connu, on doit poser un regard différent sur notre vie, ouvrir nos ornières.


J'ai donc amené mon mot-phare avec moi à ma table de création. Je lui ai cédé toute la place. "Vas-y, parle-moi. Je t'écoute. Je veux te comprendre pour pouvoir te suivre. Parce que si tu veux me parler d'expansion pour M comme muses, je t'avertis tout de suite, je ne te suivrai pas. Je n'en ai pas envie pour cette année. C'est clair?"

Et voici ce que mon mot-phare avait à me dire et à m'enseigner tout au long de l'année...(et comment cela peut éclairer aussi votre route)

Au coeur de l’hiver, en faisant de mon mot-phare mon mantra pour tenter d’en saisir son essence, j’ai créé cette page sur laquelle j’ai laissé les mots et les éléments se placer intuitivement, sans réfléchir.

Inspirée par ce qui en est ressorti, j’ai pris le temps de regarder le ciel chaque soir, dans la nuit noire d’hiver. Je me suis alors doucement alignée au cycle de la lune sans rien forcer. J’ai aussi fait quelques recherches à propos de ce qu’on attribue au cycle lunaire et de son influence sur nous.

Cela m’a apporté une plus grande conscience de ce que je fais, ce sur quoi je désire lâcher prise et ce que je veux semer. Ce rythme rassurant me ramène les deux pieds dans l’instant présent en m’invitant à lever les yeux pour voir cette belle lune ronde qui veille toujours sur nous et tisser des liens entre son mouvement et ce qui se passe dans ma vie.

Sans vouloir devenir astrologue, cette nouvelle façon de rythmer ma vie m’a fait goûter à une forme d’expansion que je n’avais pas reliée à mon mot-phare en début d’année: une connexion renouvelée à la nature qui m’entoure et qui rend ma vision et les perspectives beaucoup plus vastes que celle de mon regard posé sur l’écran ou l’agenda. Bercée par la lune, ma cadence intérieure s’est doucement apaisée…

Rassurante expansion. Je me suis détendue et j’ai commencé à faire confiance à mon mot-phare.

Cette connexion avec plus grand que moi m’aura également permis de rester solidement ancrée en moi pendant cette merveilleuse année dans le tourbillon des salons du livre, des nombreux ateliers et conférences à travers le Québec et même jusqu’en Europe. J’étais vraiment heureuse d’avoir accès à un territoire vaste et rassurant quand je tournais les yeux vers le ciel, une main sur le coeur. Quelle année fantastique ça aura été! J’en suis ressortie profondément nourrie de toutes ces rencontres avec mes belles Muses! Merci d’avoir été au rendez-vous.

Vers la fin de l’été, alors que l’effervescence se posait tranquillement, mon esprit cartésien (qui aime bien savoir dans quelle direction je m’en vais et qui aime planifier les prochaines étapes) s’est remis à bouillonner. “Maintenant que la grosse vague de l’année est passée pour la promo du livre, on fait quoi?”

On fait quoi? Je n’avais qu’un mot sur le bout des lèvres. Un mot qui venait de mon ventre. SILENCE.

Silence comme dans calme. Espace. Blanc. Rien. Repos. (Bref, tout le contraire de ce que ma tête avait relié à mon mot-phare.)

Une discussion s’est alors installée entre ma tête (qui voulait planifier) et mon coeur (qui avait soif de blanc).

-Voyons! Te reposer alors que tu viens de vivre une superbe année? C’est plutôt le temps de continuer à avancer, bien au contraire!

-Ne l’écoute pas. Tu as besoin de ne rien faire pendant un moment pour créer quelque chose de nouveau comme tu en as envie!

-Hey! Vas-y, crée du nouveau mais sans t’arrêter. Regarde sur les médias sociaux, il y en a qui roulent tellement plus que toi et qui ne semblent pas fatigués ou en panne d’inspiration alors suis leur exemple, retrousse tes manches et fonce!

-Ce n’est pas en te comparant aux autres que tu te trouveras. Chaque personne est unique, tu le sais, tu le dis toi-même à tes Muses. Prêche par l’exemple et fais ce qui est cohérent avec ce que tu ressens.

-Es-tu devenue paresseuse à force de parler de l’importance de créer le calme coudonc?

-Hahaha! C’est la meilleure celle-là! Paresseuse? Voyons donc. Créer le calme en soi, c’est tout sauf de la paresse. Ça prend du courage et je sais que tu l’as.

Ça brassait fort. Tellement, que je ne savais plus qui disait quoi, qui disait vrai et qui écouter.

J’ai alors fait ce que je dis: prends ton kit de survie créatif et va créer le calme en toi! Images, colle, encre, vieux livres ont été mes précieux alliés. Et voici ce qui est sorti:

When you need to unplug. Quand c’est le temps de déconnecter. En réfléchissant à la question…Hummm. Me déconnecter…Plus je regardais ma création, plus je lisais les mots, plus je sentais en moi quelque chose prendre de l’expansion.

Ce désir de calme, d’espace, de silence prenait de l’expansion. Je sentais au plus profond de moi-même que c’était la voie à suivre.

Ma tête, en contrepartie, faisait rejaillir de plus en plus de questions, de plus en plus rapidement, en signe de protestation. Elle qui voulait planifier mon année (Hey! Septembre arrive à grands pas! Que vas-tu offrir? Du blanc?) n’aimait pas du tout mon idée de prendre une pause (Prendre une pause de quoi d’ailleurs? Tu as des engagements à honorer, des rendez-vous à l’agenda, une famille à nourrir! Es-tu inconsciente?).

J’ai souri et j’ai choisi de ne pas prendre de décision drastique sur le champ. J’ai choisi d’attendre de ressentir une plus grande impulsion intérieure, comme un signe qui dit Go! Vas-y! J’ai donc continué à vaquer à mes occupations sans me torturer l’esprit mais en le gardant ouvert aux options qui me permettraient d’honorer à la fois les désirs de mon coeur et mon amour pour mon entreprise, que je ne voulais pas non plus faire mourir en quittant tout! ;-)

J’ ai parlé à quelques personnes en qui j’ai grandement confiance de mon envie de prendre une pause de Facebook et Instagram. Et lors d’une discussion en particulier, une amie entrepreneure bien intentionnée m’a dit:

"Attention! Prendre une pause des médias sociaux ne pardonne pas!"

Cette phrase est tournée en boucle dans ma tête.

Mon réflexe : "D'accord! Alors je vais planifier toutes mes publications avant de prendre ma pause, comme ça, ça ne paraîtra pas."

Mais non.

Ça ne passait pas. Au contraire.

Cette phrase était le signal que mon coeur attendait pour bondir hors de ma poitrine.

Toutes mes ressources internes se sont alors alignées et j’ai pu enfin entendre clairement la vieille femme sage et la jeune muse me chuchoter avec tendresse: "La vie est beaucoup plus vaste que tes peurs. Une véritable communauté tissée serrée autour de valeurs qui se ressemblent ne s'éteint pas le temps d'une pause. Vas-y! Ose prendre cette décision qui te donnera accès à l’expansion que tu recherches; celle qui vient de l’intérieur." Et en cet instant précis, j’ai appliqué ma propre médecine. J’ai suivi mon instinct et j’ai mis de côté les “il faut que” dont nous sommes bombardés de tous côtés pour embrasser un “j’ai envie de” bien senti.

Ma réponse a été viscérale. Je. Prends. Cette. Foutue. Pause. Point.

J’ai d’abord écrit un message à ma communauté sur Facebook et Instagram pour leur partager mon désir de prendre une pause et le pourquoi. Les réponses sont entrées à la vitesse de l’éclair et ont été vraiment très positives.

Je suis sortie prendre une marche avec mon chien avec un sentiment incroyable d’avoir un espace immensément vaste à l’intérieur de moi! Je ne touchais plus par terre. J’étais profondément en paix avec ma décision.

À mon retour à la maison, j’ai retiré ces applications de mon cellulaire, heureuse comme jamais.

En suivant cet appel de mon centre, j’ai fait l’expérience de la vastitude intérieure. Et cette fois, je ne tremblais pas intérieurement. Je n’avais pas le vertige et ce que je ressentais n’était pas une impression d’être face au néant mais bien devant l’immensité, là où tout devient possible.

J’ai enfin compris pourquoi ce mot ne cessait de me tourner autour en début d’année pour que je le choisisse! Prendre de l’expansion intérieurement. Oui! Oh oui! Comme ça fait écho très fort en moi! Comme je suis heureuse d’avoir osé le choisir, osé ne pas le comprendre et ne pas tout saisir tout de suite, mais d’avoir quand même le courage et l’ouverture pour le suivre!

Tout était là. De ce grand calme, j’ai eu le temps de savourer le silence, de m'installer dans mon nouvel espace temporaire pour filmer les prochains ateliers en ligne et me connecter en profondeur avec ce que j'ai à enseigner pour la suite.

Prendre une pause quand on en ressent le besoin. Prendre une pause quand ça va bien. Prendre une pause au lieu de toujours se pousser à continuer alors qu'en-dedans, on a envie de calme et d'espaces blancs; j’ai pu enfin dire oui. Pour me retrouver avec mes idées. Pour donner de l'espace à mon être tout entier. C'est là que j’ai pu vraiment me ressourcer, puiser à même la source de ma créativité profonde et ainsi me retrouver, afin de continuer à offrir le meilleur de moi.

Le fait d’être restée alignée sur mon mot-phare (sans le maîtriser ni toujours le comprendre) m’aura donné des points de repères sur ma route afin que je puisse continuer de créer la meilleure version de moi-même sans pression de performance. Comme l’indique son nom, un mot-phare est là pour nous guider et illuminer notre voie. Il ne prendra jamais les décisions à notre place (comment cela serait-ce possible?) mais viendra donner une impulsion intérieure afin que nos choix reflètent bien ce que nous désirons créer, être et devenir.

20180907_103201 (2).jpg

Je me suis offert en cadeau la liberté de suivre l'élan de mon coeur et jamais je ne le regretterai. J’ai pu continuer à travailler avec mes Muses en accompagnement privé, faire mes conférences et planifier mon année dans ce silence que je recherchais et dont j’avais besoin.

Je vous le partage aujourd’hui pour ne jamais l’oublier et pour que cela puisse vous inspirer à écouter davantage votre coeur et surtout, à le reconnaître et l’écouter.

Je vous partage également tout ça pour vous montrer comment un mot-phare peut s’exprimer, depuis le moment où on a l’impression de le reconnaître en passant par l’instant où on ose le choisir, jusque dans son expression dans notre quotidien.

Les résultats d'avoir osé suivre mon mot-phare et mon intuition cette année? Un esprit calme, vaste et clair, un coeur joyeux, des cheveux plusieurs centimètres plus courts et une nouvelle offre pour que nous puissions travailler ensemble. En effet, j’ai eu envie de nous offrir une façon de se retrouver en communauté, en présence du plus grand nombre de Muses possible, pour avoir du temps pour partager, co-créer, dans le calme et de façon régulière.

J’ai trop hâte que ça commence!

De votre côté, quel impact a eu votre mot-phare dans votre vie?

Je suis immensément heureuse de vous retrouver mes chères Muses et j’ai hâte de vous lire!

 

Prête pour la suite? C’est ici que ça se passe cet automne!

 

 

Travailler avec moi